Si la différence entre les loyers perçus et le montant des frais et charges relatifs aux logements est positif : on parle de bénéfice foncier. Celui-ci vient alors s'ajouter à vos autres revenus annuels (traitements, salaires, pensions et rentes viagères, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices non commerciaux, etc.). Votre revenu global ainsi constitué est ensuite soumis à l'impôt sur le revenu.
 
A l'inverse, si la différence entre les loyers perçus et le montant des frais et charges relatifs aux logements est négatif : on parle de déficit foncier. Le déficit foncier qui résulte des dépenses déductibles autres que les intérêts d'emprunt, est imputable, dans la limite de 10 700 € et sous certaines conditions, sur votre revenu global (l'ensemble de vos autres revenus annuels tels que traitements et salaires, pensions et rentes viagères, bénéfices industrielles et commerciaux, etc.). La fraction du déficit qui est supérieure à 10 700 € ou qui provient des intérêts d'emprunt est uniquement imputable sur les revenus fonciers des dix années suivantes.
Le déficit foncier déductible du revenu global est définitivement acquis si le bien continue d'être loué jusqu'au 31 décembre de la 3ème année qui suit l'imputation, sauf si l'abandon de la location est motivé par le licenciement, l'invalidité ou le décès du contribuable ou de l'un des époux ou partenaires soumis à une imposition commune ou en cas d'expropriation de l'immeuble ayant donné lieu au déficit.
 
Exemple: un propriétaire-bailleur d'immeuble urbain a perçu en 2015 des revenus fonciers à hauteur de 2000 €. Il a fait divers travaux dans son appartement pour un montant de 4000 €.
Ce bien a été financé à crédit.
Son revenu est déterminé de la façon suivante :
Revenu foncier brut: 2000 €
Charges déductible: 6500 € (dont 2500 € d'intérêts d"emprunt et 4000 € de charges diverses)
Déficit : 4500 € (2000 € - 6500 €)
Le revenu brut est d'abord réputé compenser les intérêts d'emprunt.
Le déficit provient donc à hauteur de 500 € des intérêts d'emprunt et à hauteur de 4000 € des autres dépenses. Seule ces 4000 € sont imputable sur le revenu global. Le montant de 500 € correspondant aux intérêts d'emprunt  le sera sur les revenus fonciers des années suivantes.